La philosophie de Bitume

Bitume, Festival International de Théâtre de Rue existe depuis 1995. Dès sa création par la Compagnie du Nez Rouge, ce festival a eu pour objectif de mettre en relation un public non habitué à la culture et des artistes de rue désireux d’aller à la rencontre de cet habituel non public. Le Miroir Vagabond, d’abord collaborateur dès 2001, a repris entièrement l’organisation de ce festival en 2005

Un événement fédérateur

 

Repris entièrement par le Miroir Vagabond, Bitume se veut être un évènement fédérateur. Fédérateur pour la population de la commune d’accueil mais également pour les habitants des 6 communes liées par les projets de développement culturel de la convention Cultures en Ourthe Salm (Hotton, Rendeux, La Roche-en-Ardenne, Houffalize, Gouvy et Vielsalm).
Bitume est le lieu de la rencontre, des rencontres. Rencontres entre professionnels et amateurs des Arts de la Rue, rencontres entre habitants d’origines différentes dans un contexte propice à l’échange positif et surtout, rencontres et découvertes de la culture et de la création.

La culture qui peut faire peur et qui n’est, au dire des statistiques, vue, pratiquée ou aimée que par 10% de la population est ici mise en avant via les Arts de la Rue qui nous paraissent être une forme artistique des plus adaptées à une première découverte. En effet, la rue est l’endroit où se trouve la population, l’endroit où tout un chacun peut être surpris par un artiste et là, s’ouvrir à la nouveauté et à la découverte artistique.

Gratuit

 

Bitume se veut un évènement gratuit car il veut rendre à l’espace publique son rôle d’agora. Il veut que chacun, libéré de tout frein financier, puisse être ému, surpris ou enjoué par un artiste, un spectacle qui se joue à sa porte. Bitume veut également toucher toute les couches sociales et pas seulement les festivaliers.

Bitume a également une vie avant et après ces trois jours d’apothéose qu’est le festival. En effet, nous faisons vivre et vibrer le lieu d’accueil du festival mais également les communes limitrophes via de nombreux stages et projets avant l’évènement et, à la suite de Bitume, l’envie des habitants de pratiquer eux-mêmes les arts de la rue ou d’aller les découvrir ailleurs est plus forte. Bitume ouvre vraiment la voie à la découverte et la pratique par tous de la culture comme mode d’expression.

Un festival en itinérance

 

Bitume a aussi la particularité d’être un festival en itinérance dans le nord de la province de Luxembourg. Cette itinérance voulue et pensée, tend à plusieurs objectifs qui démontrent vraiment les intentions et la pertinence de ce festival dans notre région :

Permettre au festival de garder une taille humaine et une ambiance familiale :

En effet, on sait qu’un évènement qui a lieu chaque année au même endroit et à la même date à tendance à se développer et à accueillir de plus en plus de public.
Si un tel résultat est louable et existe à travers certains festivals en Fédération Wallonie Bruxelles, le Miroir Vagabond souhaite que Bitume reste un festival adapté à la dimension de la région au sein duquel la population se sentira accueillie, dans laquelle trouve sa place, au sein duquel elle ne se sent pas perdue voir exclue parce qu’elle n’en maitriserait pas les codes.
En effet, l’objectif consiste à rassembler des populations différentes qui se réfèrent à des codes sociaux et culturels très variables. Nous cherchons à ce que l’un ne s’impose pas à l’autre, mais que « le métissage social, socioculturel et culturel » occupe les lieux et que chacun puisse vivre la même intensité culturelle en même temps.

Impulser une mobilité locale et une valorisation de la région :

Bitume étant organisé en itinérance dans trois communes du nord Luxembourg (La Roche, Hotton, Vielsalm), le festival amène les populations à se rendre dans les communes d’accueil au fur et à mesure des années pour suivre le festival.
Cela n’est pas anodin car dans notre région, soit la population n’est pas mobile du tout, soit elle ne se déplace que vers les villes et vit avec l’image qu’il ne se passe jamais rien d’intéressant dans la région. L’itinérance du festival permet donc de changer les habitudes de mobilité et de casser l’image d’immobilisme de la région.
Au fil des années, le Miroir peut attester du fait que Bitume est à l’origine d’une mobilité réelle des populations, de collaborations intercommunales, de projets de création et d’expression à partir de la vie locale qui en sont issus.

Travailler avec la population locale pour ne pas s’imposer dans le milieu de vie :

Le Festival Bitume se veut un évènement fédérateur. Il a donc pour objectif de rassembler la population locale autour de lui via un travail en amont et en aval des trois jours du festival.
En tant que professionnels des arts de la rue, nous savons qu’il faut un an de travail pour préparer une édition d’un festival. Or, terminer une édition du festival et directement travailler à l’édition prochaine est le rythme d’une personne dont c’est le métier. Les associations locales partenaires ont tendance à s’essouffler si ce rythme leur est demandé. Par contre, si le festival revient tous les trois ans sur le territoire d’une commune, le temps et le souhait de l’accueillir crée une dynamique importante au sein de la population et des partenaires locaux.
Cette année, nous avons officialisé cette philosophie en rédigeant « La charte de Bitume » qui reprend ses valeurs et définit clairement son identité. Elle est envoyée préalablement aux artistes invités sur Bitume et est affichée sur le festival.